Archives de Tag: Oiseaux

Web cam sur mésanges bleues

.
Rien n’est plus beau
.

> > >
http://j.c.photonature.pagesperso-orange.fr/refuge07/videos/video60.html
^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^
http://j.c.photonature.pagesperso-orange.fr/refuge07/
^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^ ^
.
Quand l’amour
L’amour nous brûle le coeur
Quand l’amour
Nous fait trembler de bonheur
Dans un matin nouveau éclatant de blancheur
Rien n’est plus beau … G. Lenormand
.
Promis ! nous reviendrons cet hiver …

.
Et en prime un Chat Chouette ! ! !
url video Chat chouette !
Superbe …


Galerie Photos pro
.

Billet Accueil Transformé – Publié le 25.07.2011
.

Publicités

Concert emplumé

.






……………….

.



 

.

Le 1er Octobre 2010
Bonsoir les amis !
C’est un aurevoir que je viens faire à mon blog,
et c’est un deuil qui me touche réellement.

Je ne ferai pas de billet supplémentaire, je reste sur celui-ci.
Ce blog sera accueilli chez Word Press et je les en remercie.
Comme il arrivera « impropre à être dégusté », qu’il est très fourni,
je n’aurai sans doute pas la possibilité de m’en occuper une énième fois !

C’est avec beaucoup d’émotions que je vais le ré héberger
et j’attendrai le plus possible,
sans prendre de risques.

J’ai déjà ré herbergé Croislune et Chiblibli et repris quelques billets.

Ce soir je suis venu vous dire que j’ai publié ce Concert emplumé sous Word Press :
http://domica25.wordpress.com/2010/10/01/concert-emplume/

Vous pouvez ainsi voir les différences :
– pas de fond d’image dans les tableaux
– ni de médias de plus de 1 Go …

Au positif nous aurons certainement des blogs plus performants
et moins d’ennuis de toutes sortes …

Je ne sais si je publierai autant qu’ici sur mes 4 blogs MSN,
c’était très ludique et gratifiant, notre famille d’amis était très soudée.

Je souhaite à notre communauté de retrouver la même chaleur
sur cette autre contrée …

A tous Aurevoir & Merci …

* * *

Windows Live Spaces ferme ses portes
Soucis chez Microsoft

* * *

A TOUS LES AMIS !
POUR VOUS AIDER A RÉUSSIR VOTRE MIGRATION
Voici l’adresse du forum W.P. où vous trouverez des conseils et
les discussions des nouveaux arrivants MSN spaces.live

http://fr.forums.wordpress.com/

&

Le blog du modérateur du forum :
http://berluette.wordpress.com/

Petite phrase trouvée au cours de mes recherches sur des tutos :
« Internet Explorer : tristement célèbre pour avoir ignoré divers standards du Web. »
Merci I E de nous en avoir fait baver autant et pendant si longtemps avant de tout lâcher par surprise !
&
Merci à W.P. de nous accueillir,
pas une mince affaire ni pour nous, ni pour eux
vu la colère que je continue à lire par ci par là …

~ ~ ~ Le 07 Oct. 2010 ~ ~ ~

Le billet initial est toujours visible ici :
http://domica.spaces.live.com/blog/cns!4F00E7336EFCBCF2!8125.entry

.

L’oiseau bleu

.
– MAURICE MAETERLINCK ET LA RECHERCHE DU BONHEUR –
.

.
Les fictions de Maurice Maeterlinck, un des plus grands écrivains belges,
symboliste du début du XXe siècle, aiment jouer avec les mondes parallèles,
ceux que sa poésie invente et auxquels son théâtre donne vie
pour mieux montrer l’invisible.

(Né à Gand le 29 août 1862 Décédé à Nice le 05 mai 1949)
.

Histoire de l’Oiseau Bleu :
La fée Bérynule est à la recherche de l’Oiseau Bleu pour sa fille malade. Pendant la nuit, elle charge Mytyl et Tyltyl, enfants d’un pauvre bûcheron, de trouver l’oiseau. Elle leur confie un diamant magique qui révèle l’âme cachée des choses et des animaux. Revêtus de vêtements enchantés, Mytyl et Tyltyl parcourent des contrées merveilleuses : le Pays du Souvenir, le Palais de la Nuit, l’épaisse forêt où ils découvrent l’âme des arbres, le Jardin des Bonheurs et, enfin, le royaume des enfants bleus, où vivent les enfants à naître…. Autant de mondes magiques mais étrangement familiers où les choses et les pensées de tous les jours, s’animent et brillent d’un éclat fabuleux.

.

Ce conte initiatique les conduira successivement dans les univers concrétisant chacun les grands problèmes de l’existence, où le savoir et la science personnalisés par la Lumière s’opposent aux efforts de La Nuit dans la quête de la vérité que symbolise l’Oiseau bleu.
La principale révélation est dans l’âme des choses que l’homme néglige et bafoue quotidiennement en les réduisant au silence. En contrepartie, les « choses » conçoivent peu d’amour pour l’homme. Il en résulte la séparation des hommes et de la Nature déplorée par l’idéalisme allemand de l’époque et la conception de Maeterlinck selon laquelle l’univers est animé d’une intelligence universelle constituée de l’ensemble des âmes aspirant à l’harmonie.
En vertu de ce principe cher à Maeterlinck, la mort n’existe pas (acte IV le cimetière) ce qui nous vaut également un acte admirable où les morts vivent du souvenir des vivants (acte 1 Le Palais du Souvenir).
L’acte V nous situe dans le Royaume de l’Avenir. Les âmes attendent leur tour pour descendre sur terre, contrôlées par le Temps, personnage incorruptible, l’épisode témoigne du dualisme de Maeterlinck qu’il serait réducteur de traduire par un moralisme étriqué : toutes les âmes doivent apporter sur terre leur contribution, chacune d’elle a, dans la marche du monde, son rôle à jouer et sur aucune des actions futures n’est émis le moindre jugement de valeur.
Bien sur, l’oiseau bleu est insaisissable ; semblable à la Vérité, ses couleurs disparaissent dès qu’on le sort de son contexte. Le songe le plus pur du monde moderne.

.

Issu d’une vieille famille flamande, Maurice Maeterlinck se passionne très tôt pour la nature et la poésie. En contact avec les milieux littéraires parisiens (dont le salon de Mallarmé), le poète-philosophe belge d’expression française accède à la notoriété poétique avec le recueil des Serres chaudes (1889), encensé par Octave Mirbeau. Suivent une série de drames – La Princesse Maleine (1889), Les Aveugles et L’Intruse (1890), Pelléas et Mélisande (1892), Ariane et Barbe-bleue (1902).
C’est en août 1890 qu’il devient célèbre, du jour au lendemain, grâce à un retentissant article d’Octave Mirbeau sur La Princesse Maleine dans Le Figaro.
À partir de 1896, année de publication des Douze chansons, il ne cessera de rédiger des ouvrages sur la vie des animaux : La Vie des abeilles (1901), La Vie des termites (1926), La Vie des fourmis (1930).
Davantage connu pour son œuvre dramatique, Maurice Maeterlinck est considéré comme le plus grand représentant du symbolisme au théâtre. Cet « homme du Nord très positif, chez qui – selon André Gide – le mysticisme est une manière d’exotisme psychique », voit l’ensemble de son œuvre récompensée en 1911 par le Prix Nobel de littérature.
Le 12 janvier 1920 il obtient le Grand Cordon de l’Ordre de Léopold , avant d’être fait comte par le roi Albert en 1932. En 1935, lors d’un séjour au Portugal, il préface les discours politiques du président Salazar : Une révolution dans la paix. En 1939, il gagne les États-Unis pour la durée de la guerre. De retour en France en 1947, il meurt à Nice en 1949.

.

.
« Si les astres étaient immobiles, le temps et l’espace n’existeraient plus. »
Maurice Maeterlinck – La grande loi, la gravitation universelle et la force centripète

« L’éternité n’est et ne sera jamais autre chose que le moment où je suis. »
Maurice Maeterlinck – Devant Dieu

« En cherchant Dieu je le crée ; et en le créant, je deviens ce qu’il est. »
Maurice Maeterlinck – Devant Dieu

.

A travers ce chef-d’oeuvre, qui, depuis cent ans, fait le tour du monde, Maeterlinck, nourrit notre réflexion sur le temps, la mort, l’injustice, l’amour, le mystère de l’existence et, surtout, le secret du bonheur.
Pièce phare du symboliste, ce texte est l’un des plus simples et des plus riches jamais écrit, relativement aux émotions humaines, au sens de l’homme et à la quête du bonheur. Sans conteste le plus grand livre du prix Nobel Maurice Maëterlinck.

Une troupe qui joue cette pièce nous la décrit

Exposition :

L’Oiseau bleu fut créé au théâtre d’art de Moscou en 1908, dans une mise en scène de Constantin Stanislavski, avant d’être joué avec un immense succès dans le monde entier.
Manuscrits autographes, dessins, photographies, maquettes de décors, costumes… ont fait l’objet d’une exposition, en décembre dernier,

à l’espace Bernier en Belgique.

.

.

Pour vous la merveilleuse histoire
Des enfants et de l’oiseau bleu :
.
Ils voyagèrent à travers les miroirs
Jusqu’à l’animal fabuleux
.
Ils vivaient dans une grande forêt
Avec leur maman bien souffrante
Sans le sou, sans espoir de la soigner
Ils la voyaient déjà mourante
.
Mais très loin dans le ciel
Vivait l’oiseau bleu du bonheur
Que l’on dit éternel
Pour ceux qui ont toujours un cœur
.
La fée Bérilune vint les trouver
Pour les aider dans l’aventure
Elle savait faire parler les objets
Tant son cœur était resté pur
Ils virent le monde des souvenirs
Le magique palais de la nuit
Les feux-follets, le royaume d’avenir
Et l’univers des harmonies
.
Car très loin dans le ciel
Vivait l’oiseau bleu du bonheur
Que l’on dit éternel
Pour ceux qui ont toujours un cœur
.
Car très loin dans le ciel
Vivait l’oiseau bleu du bonheur
Que l’on dit éternel
Pour ceux qui ont toujours un cœur
.
Car très loin dans le ciel
Vivait l’oiseau bleu du bonheur
Que l’on dit éternel
Pour ceux qui ont toujours un cœur

.

.

La Maison de Maurice Maeterlinck (1862-1949) est le Château de Médan, un ancien pavillon de chasse édifié à la fin du XVe siècle sur des bases très anciennes remontant au IXe siècle. Dès la Renaissance, le vent de la littérature souffle sur ces bords de Seine. Le château est alors fréquenté par Ronsard et les poètes de la Pléiade. Trois siècles plus tard, le site séduit et inspire le peintre Paul Cézanne.
En 1924, Maurice Maeterlinck, en fait sa nouvelle demeure.
Il y écrit « la vie des Termites », « l’Araignée de verre » et y fait jouer « l’Oiseau Bleu ».

http://www.chateaux-france.com/chaview.php?l=fr&d=medan

.

« On n’a que le bonheur qu’on peut comprendre. » Maurice Maeterlinck

« S’il est incertain que la vérité que vous allez dire soit comprise, taisez-la. »
Maurice Maeterlinck – Le double jardin

.

« L’intelligence est la faculté à l’aide de laquelle nous comprenons finalement
que tout est incompréhensible. »
Maurice Maeterlinck – La Vie des termites

.

« Supposer que Dieu puisse entrer dans notre entendement est le plus grand blasphème. »
Maurice Maeterlinck – Devant Dieu

.

« On est heureux quand on a dépassé l’inquiétude du bonheur. »
Maurice Maeterlinck – La sagesse et la destinée

.

« Il est puéril de se demander où vont les choses et les mondes.
Ils ne vont nulle part et ils sont arrivés. »
Maurice Maeterlinck – La vie des abeilles

.

« On devrait pouvoir dire qu’il n’arrive aux hommes
que ce qu’ils veulent qu’il leur arrive. »
Maurice Maeterlinck – La sagesse et la destinée

.

« le silence est l’élément dans lequel se forment les grandes choses,
pour qu’enfin elles puissent émerger, parfaites et majestueuses,
à la lumière de la vie qu’elles vont dominer. ».
Maurice Maeterlinck – Le Trésor des humbles

.

« Les âmes se pèsent dans le silence,
comme l’or et l’argent se pèsent dans l’eau pure,
et les paroles que nous prononçons n’ont de sens
que grâce au silence où elles baignent. »
Maurice Maeterlinck – Le Trésor des humbles


.

Et puis … nous avons les contes de Mme d’Aulnoy avec celui de L’oiseau bleu !
Marie Catherine Le Jumel de Barneville est née aux environs de Barneville-la-Bertran, un petit village proche de Honfleur dans une bonne famille normande vers 1650. Elle est l’un des personnages les plus inquiétants et les plus contradictoires du siècle de Louis XIV.

.

Conteuse raffinée, mais aventurière mêlée à deux reprises à une affaire de meurtre, elle épousa à quinze ans François de La Motte, baron d’Aulnoy, assez triste personnage, par surcroît trois fois plus âgé qu’elle. Elle tenta de s’en débarrasser avec l’aide de sa mère et de deux gentilshommes, vraisemblablement leurs amants, en l’accusant de lèse-majesté.
Mais le procès tourna à sa confusion et les deux gentilshommes payèrent de leur tête la fausse accusation. Ce n’est là qu’un épisode d’une vie agitée, pleine de voyages plus ou moins forcés, d’affaires louches et de retraites pieuses. Réfugiée en Espagne puis en Angleterre, elle obtint le pardon du roi Louis XIV, vraisemblablement en servant ce souverain en qualité d’agent secret. Rentrée en grâce, elle se fixa à Paris. Elle fonda un salon littéraire. Elle débuta avec éclat dans les lettres par un roman pathétique et romanesque, Histoire d’Hippolyte comte de Douglas (1690). Autres succès retentissants: ses Mémoires de la cour d’Espagne (1690) et sa Relation du voyage en Espagne (1691), où l’on trouve le conte de fées qui donne le coup d’envoi à la « mode des contes de fées » qui fera fureur jusqu’aux dernières années du siècle: « l’Histoire de Mira », qui reprend le thème de Mélusine. Entre 1696 et 1699, elle publia huit volumes de contes de fées (Contes de fées , Nouveaux Contes de fées ou Les Fées à la mode ) qui contiennent des récits justement célèbres: « Gracieuse et Percinet », « L’Oiseau bleu », « La Belle aux cheveux d’or », « Le Prince lutin » « L’Oranger et l’Abeille », « Le Rameau d’or ». Ce sont des contes mondains, salonniers, souvent précieux. La narratrice se livre à une sorte de surenchère en matière de féerie. La gourmandise, le sentiment, les métamorphoses y tiennent une grande place. Mais cette surabondance est souvent rachetée par le plaisir de raconter que manifeste la narratrice: un naturel plein de désinvolture, un réalisme parfois surprenant, une cruauté railleuse. Plus rarement, elle sait écouter, noter ou reconstituer la simplicité des formulettes populaires, par exemple celle-ci, peut-être authentique ou en tout cas bien imitée: Oiseau bleu, couleur du temps Vole à moi promptement.

Mme d’Aulnoy. Marie-Catherine LE JUMEL DE BARNEVILLE – Baronne d’AULNOY (1650-1705)


.
L’Oiseau Bleu est aussi
un « pas de deux » très célèbre dans le ballet
« La Belle au Bois Dormant »

http://www.youtube.com/watch?v=FyklPnlYEks
Dans ce « pas de deux », la Princesse Florine
essaie d’imiter l’Oiseau Bleu, son mari.
Ils dansent pendant la fête donnée pour le mariage
de la Belle au Bois Dormant (la Princesse Aurore)
et du Prince (Florimond-Désiré)

.

« Il y a des choses qu’on ne peut dire qu’en embrassant…
parce que les choses les plus profondes
et les plus pures peut-être ne sortent pas de l’âme tant qu’un baiser ne les appelle. »
Maurice Maeterlinck – Aglavaine et Sélysette

C’était ma contribution à la fête de Valentin !
J’aime beaucoup Maeterlinck dont j’ai lu quelques livres …

Avec bien du BOnHeur à chacun de vOus en ce W.E. ! …



.

&, pour rester modeste,
même en ce jour,
voici qq violettes du temps passé !
Baisers doux …
*DoMica*
.
# # # # # # # # # # # # # # # # #


.

Sous ce billet de l’oiseau bleu …
Ce 4 Mars 2010 nous apprenons
que Patrick Smile nous a quitté.
Tu laisses un grand vide sais-tu ? …
Que la lumière de cette bougie t’accompagne Pat’ !
Reviens nous voir de temps en temps !
Avec l’oiseau bleu !


.

Au Pays des Elfes

.

Nous desservons sciemment la nature tout en nous servant d’elle ! – Lisez plus bas


A l’origine (avant notre migration), les gifs ci-dessus étaient intégrés à l’image de fond ;
il vous reste à en imaginer le tableau ; en copie écran ci-dessous !

.

Ce sont les chouettes rayées qui nous indiquent Les forêts anciennes :

Dept of Biological Sciences
University of Alberta
Edmonton, AB
Canada
T6G 2E9
– Susan J. Hannon – University of Alberta
sue.hannon@ualberta.ca
– Ben T. Olsen – University of Alberta ben.olsen@ualberta.ca
– Gordon S. Court – Government of Alberta

Réponse à court terme de Chouettes rayées à l’exploitation forestière dans une forêt boréale mixte :

RÉSUMÉ

L’exploitation forestière et d’autres activités humaines s’intensifient dans la forêt boréale mixte de l’Alberta et la superficie de forêt ancienne diminue en conséquence. La Chouette rayée (Strix varia) est considérée comme étant une espèce indicatrice de forêts anciennes dans certaines provinces ou États de l’Amérique du Nord. Nous avons donc posé des radio-émetteurs à des Chouettes rayées dans la forêt boréale mixte de l’Alberta afin de déterminer si l’exploitation forestière a une incidence sur la sélection de l’habitat. Nous avons travaillé à trois échelles spatiales : l’emplacement du nid, c’est à dire l’arbre où il se trouve et l’espace environnant (rayon de 11,7 m), le territoire de nidification (rayon de 1000 m autour du nid) et les emplacements occupés dans le domaine vital (rayon de 2000 m à partir du centre de ce domaine). Les Chouettes rayées ont niché principalement dans des chicots de peuplier baumier (Populus balsamifera) de > 34 cm de diamètre à hauteur de poitrine (dhp) et les arbres abritant le nid étaient entourés de grands peupliers baumiers et de chicots de > 34 cm dhp. Les territoires de nidification renfermaient divers habitats dont des jeunes peuplements de < 80 ans à dominance de feuillus, des vieux peuplements à dominance de feuillus ou de conifères, des tourbières forestières et des coupes à blanc récentes. Cependant, comparés aux habitats disponibles dans la zone d’étude, ces territoires étaient plus susceptibles de contenir des vieux peuplements à dominance de conifères et des blocs de coupe récents. Nous avons supposé que cette situation était due au fait que toutes les coupes récentes ont eu lieu dans des vieux peuplements, l’habitat préféré des chouettes. Comparés à des sites choisis au hasard, les endroits utilisés pour l’alimentation ou le repos dans le domaine vital étaient plus susceptibles de se trouver dans de jeunes peuplements à dominance de feuillus, des vieux peuplements à dominance de conifères et des blocs de coupe de > 30 ans et moins susceptibles d’être situés dans de vieux peuplements à dominance de feuillus ou des blocs de coupe récents. Par conséquent, bien que des coupes à blanc aient eu lieu récemment dans les territoires, les oiseaux évitent ces microhabitats lorsqu’ils s’alimentent. Pour satisfaire les exigences de la Chouette rayée en matière de nidification dans les forêts aménagées, il faudrait maintenir des parcelles de forêt caducifoliée et de forêt mixte ancienne d’une superficie de 10–20 ha contenant des peupliers ou des chicots de grande taille. Dans notre aire d’étude, les nids étaient situés dans des arbres d’au moins 34 cm de dhp. Bien que des superficies coupées soient inclues dans les domaines vitaux, la superficie exploitée dans cette zone était faible, soit 7 %. Toutefois, d’autres études seront nécessaires afin de déterminer l’intensité de coupe tolérée à long terme par cette espèce.

Key words: Barred Owl; boreal mixedwood forest; habitat selection; Strix varia.

http://www.ace-eco.org/vol1/iss3/art1/

Bien sûr, continuez Messieurs, à les laisser souffrir
en tout état de cause !

Pour télécharger la Police Tolkien :
http://terres.milieu.free.fr/

« Pour installer une police, tu click sur démarrer,
tu vas dans paramètres puis panneau de configuration,
tu ouvres le dossier POLICES et tu « copie / colle » depuis leur chargement. C’est très simple. »

~ ~ Méditation ~ ~

L’esprit des Plumes :

La plume du corbeau est plume de mort.
Elle endort mon ennemi.
O plume du corbeau, O plume du corbeau.
La plume du geai est plume de vie.
Elle éveille mon esprit.
O plume du geai, O plume du geai.
La plume de la grue est plume de paix.
Elle transforme l’ennemi intime qui est en moi.
O plume de grue, O plume de grue.

Chant Creek

Les Indiens d’Amérique en général, et les Creeks en particulier, ne considèrent pas la mort comme la fin de la vie mais bien comme le berceau d’où surgissait une nouvelle naissance.
Le noir manifeste toutes les couleurs à la fois et les corbeaux incarnent la présence de l’esprit de mort en toutes créatures. Avoir la vision du noir – de la plume de la mort -, c’est voir en songe le passage d’un ennemi de cette vie-ci dans une autre vie. Au corbeau est associée la couleur de la nuit car celle-ci suspend la vie en attendant que perce l’aurore. Corbeaux et corneilles sont intégrés à la cosmologie amérindienne car ce sont tous deux des purificateurs de « l’image négative » de la mort : ils mangent les charognes. Les Creeks avaient recours à un vomitif de couleur noire connu pour ses vertus purificatrices à l’instar de celle de la plume de corbeau.
Le bleu est la couleur du ciel et des eaux qui nourrissent et fécondent la terre – eaux des lacs, des rivières et des pluies. Il témoigne de la présence du pôle féminin, de l’essence de la féminité qui donne la vie, du yin. A l’eau bleue on associe le rituel de l’éveil, de l’homme re-né : le bain dans l’eau bleue est le bain du baptême. Si les Creeks savaient qu’une plume noire sur la tête d’un ennemi l’endormait et le tuait symboliquement, ils n’ignoraient pas qu’une plume bleue ferait revivre l’esprit de celui que la couleur noire avait ensorcelé. Le geai bleu, cousin du corbeau au royaume des ombres, possède quant à lui une autre facette : plein de vie, il porte sur les nerfs de qui ne vit pas pleinement.
Le blanc correspond, quant à lui, à l’absence de couleur, au-delà des pouvoirs du bleu et du vert. La grue, qui se tient sur une patte, médite sur le cours du temps et prend la vie comme elle vient. Elle se soumet au cours des choses et les accepte. En elle résident le principe de la patience et la paix intérieure. Couverte d’un manteau neigeux, la grue blanche symbolise la sagesse divine – non la renaissance -, mais bien le nirvana, la paix éternelle.

Le présage du Hibou :

Un homme a demandé :
– O’pa le hibou, Ulules-tu quand vient la mort ?
O’pa le hibou répondit :
– Hoorooooo.
L’homme a demandé :
– O’pa le hibou, Ulules-tu quand vient le mensonge ?
O’pa le hibou répondit :
– Hoorooooo,
L’époux a demandé :
– O’pa le hibou, Ulules-tu quand viennent les pleurs de l’épouse ?
O’pa le hibou répondit :
– Hoo.
L’époux blessé a demandé :
– J’entends au loin un soupir, J’entends au loin un soupir.
O’pa le hibou répondit :
– C’est ta femme qui soupire dans les bras d’un autre.
Chant Creek

.

De nos jours, nous considérons le hibou comme un mystérieux messager. Les Indiens d’Amérique étaient moins romantiques et moins entichés de mystère. Lorsque le hibou ululait, il fallait se préparer à mourir. Telles étaient la réalité des faits et la vérité sans fard. Les Pueblos du Rio Grande respectaient profondément le hibou, au point qu’ils n’entraient pas dans une maison où l’on avait exposé ses plumes ou son cadavre.
On craint le hibou et on le respecte. Si la mort ne doit pas engendrer l’émoi, elle reste empreinte de gravité. Le message de cet texte est le suivant : l’infidélité et la mort ont le même messager. Transgression sexuelle et mort sont donc intimement liées.

La Paix du cœur est le paradis des hommes.

~~~~~~~~~~~~*~~~~~~~~~~~~

Le Respect de la vie : voir la suite logique de ce billet chez : Libre je suis

.

Les Oiseaux – Pour les chamans ils représentent les esprits

.
J’aime et je me sens bien au milieu des oiseaux ; actuellement il y a
en vente sur EBAY le livre de chevet de ma jeunesse :
« l’art de vivre avec les oiseaux » du Docteur Philippe de Wailly pour 7 €,
inutile de vous dire combien j’ai vénéré ce livre, son style, son auteur.
Voici pour m’entourer d’oiseaux et vos faire partager ma passion.
Vous trouverez le site d’origine aux adresses suivantes :
http://www.oiseaux.net/annuaire/ajout.html
http://museum.gov.ns.ca/mnh/nature/nsbirds/french/bons.htm

Colour Illustrations by Roger Tory Peterson and John A. Crosby
Line drawings by John H. Dick


Tout pour les oiseaux :

http://www.lesoiseauxdemonjardin.com/decouvrir_oiseaux.htm

http://pages.infinit.net/franjo/liste_oiseaux.html#Larose

http://www.oiseaux.net/photos/index.html

.